Archives pour la catégorie Mot du Maire

Après la pluie, le beau temps ?

A défaut d’être rude, l’hiver fût pluvieux et tente encore de déborder sur le printemps qui tarde à s’annoncer… mais tout arrive !

Nos chemins boueux et ravinés vont retrouver leur raison d’être et nous allons pouvoir les parcourir abandonnant le bitume sur lequel, du fait de leur état, nous nous étions habitués.

Nos pelouses vont reverdir et nos tondeuses vont reprendre du service stoppant notre gazon dans son élan pour le rendre plus vert et plus dur.

Fini l’atmosphère morose dans lequel nous nous étions laissés entraîner et place à un printemps que nous espérons lumineux et à un été que nous souhaitons chaud mais, attention, sans plus…

Ainsi va, au-delà de notre gré, le cycle des saisons auquel nous n’avons d’autre choix que celui de nous adapter, souvent en ronchonnant, oubliant que d’autres, sous d’autres cieux et parfois peu lointains, connaissent d’autres fléaux beaucoup plus graves et ce, qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente.

Quelque soit le temps, gardons le moral au beau fixe.

En attendant l’été, bon printemps à tous !

VOUS AVEZ DIT « ERREUR ?

Le temps des excuses et d’une manière générale de la repentance est révolu.

Désormais place à l’erreur le défenseur des droits devenant, de facto, celui du droit à l’erreur.

L’erreur, définie comme étant « l’acte de se tromper, d’adopter ou d’exposer une opinion non conforme à la vérité, de tenir pour vrai ce qui est faux » suppose de la part de celui qui la commet une parfaite bonne foi.

Ce support indispensable qui doit étayer toute erreur en limite le champ tant il est vrai que de tout temps la parfaite bonne foi a été et reste une denrée rare.

L’erreur n’est donc pas courante car chacun forge sa vérité, et le verbe n’est pas trop fort, à sa mesure ce qui pourrait, dans une interprétation tendancieuse, expliquer l’adage selon lequel « l’erreur est humaine » en ce sens que nous la confectionnons.

La conviction flirte souvent avec l’erreur et doit être regardée en cas de dérive comme telle car d’évidence elle n’est pas, ou ne devrait pas être compatible avec la mauvaise foi… et pourtant parfois en politique on est servi !

De là, n’en déduisons pas pour autant que les politiques ne commettent jamais d’erreurs car ils sont de mauvaise foi…

Il y a là un gap important que chacun a la liberté de franchir.

2018 s’approche

2018 s’approche à grands pas et je souhaite qu’il apporte à chacun d’entre vous santé et bonheur.

Pour notre village, mon voeu le plus cher est de voir cette nouvelle année se dérouler dans le calme auquel nous sommes habitués et viscéralement attachés, chacun d’entre nous dans ses rapports avec l’autre contribuant à cette sérénité par sa courtoisie et sa convivialité.

Comme chaque année, après l’étape de Noël, le Conseil municipal, dont le Maire n’est qu’un parmi les autres, présentera ses voeux aux habitants La hauteville le samedi 13 janvier 2018 à 18 heures dans la salle des Fêtes.

Vous êtes tous conviés à participer à ce moment qui doit être privilégié car il est exceptionnel et nous permet d’échanger, de créer ou de maintenir et de fortifier des liens d’amitié.

« L’amitié est un pont sur le fleuve de notre vie ».

Joyeux Noël et bonne année.

Fin d’année

2018 s’approche à grands pas et je souhaite qu’il apporte à chacun d’entre vous santé et bonheur.

Pour notre village, mon voeu le plus cher est de voir cette nouvelle année se dérouler dans le calme auquel nous sommes habitués et viscéralement attachés, chacun d’entre nous dans ses rapports avec l’autre contribuant à cette sérénité par sa courtoisie et sa convivialité.

Comme chaque année, après l’étape de Noël, le Conseil municipal, dont le Maire n’est qu’un parmi les autres, présentera ses voeux aux habitants La hauteville le samedi 13 janvier 2018 à 18 heures dans la salle des Fêtes.

Vous êtes tous conviés à participer à ce moment qui doit être privilégié car il est exceptionnel et nous permet d’échanger, de créer ou de maintenir et de fortifier des liens d’amitié.

« L’amitié est un pont sur le fleuve de notre vie ».

Joyeux Noël et bonne année.

La rentrée communale

Le Conseil municipal a fait lui aussi sa rentrée le samedi 9 septembre avec une perspective de restriction pour les années 2018 et 2019 compte tenu des annonces entendues.

En ce qui concerne les travaux importants, seul notre Contrat rural (garage municipal, chemins communaux, cour de la Mairie et de l’Ecole) est sur la table étant précisé que sa réalisation est subordonnée à l’obtention d’une subvention à hauteur de 70 % et qu’elle peut s’étendre sur deux exercices à compter de 2018.

Depuis plus de 10 ans et à ce jour encore, notre commune ne supporte aucun emprunt et ses finances sont saines, puisant ses ressources dans les maigres dotations dont elle bénéficie et dans la partie des impôts locaux qui lui revient dont la taxe d’habitation, à l’avenir incertain, et qui représente pourtant 50 % de ses produits directs.

Notre territoire est sinon somptueusement du moins correctement équipé, ce qui devrait nous permettre de traverser sans encombre la période de disette qui nous attend.

L’austérité, acceptable si elle est étayée par l’ambition, est la règle pour tous, y compris pour les collectivités territoriales mais doit permettre d’espérer des lendemains meilleurs.

Redoublons d’attention

L’étroitesse de notre réseau routier a pour avantage d’interdire aux poids lourds (plus de 10 tonnes) de traverser notre village mais nécessite en contrepartie une attention soutenue de la part des conducteurs.

Si le croisement de deux véhicules est déjà délicat car il implique le plus souvent que l’un des deux au moins morde sur un bas côté, le dépassement lui est à proscrire car périlleux.

Dans un tel contexte, circulent également des tracteurs et leurs remorques, marchent des piétons sur le bord des routes et parfois même, des animaux bondissent et traversent nos chaussées.

Tout cela doit nous inciter à la plus grande prudence, au strict respect de notre signalisation imposant une limitation de vitesse (40 km/h) et un arrêt à nos « STOP ».

C’est au prix de cette attention soutenue que nous éviterons l’installation de ralentisseurs, de bandes de roulement sonores, de chicanes, autant de stratagèmes qui ont leurs inconvénients.

Le ruban bitumineux qui entoure La Hauteville en passant par l’Epinette n’est pas un circuit de vitesse mais un tapis noir à partir duquel il nous est donné de pouvoir apprécier notre environnement.